Chronique Popcorn : Silver Linings Playbook

Silver Linings Playbook

Il est extrêmement rare que j’aille voir des films en version originale anglaise. La plupart du temps, je préfère aller voir la version française, histoire de ne pas trop me creuser les méninges. Et ce, même si je suis bilingue! Par contre, il existe des situations où je n’ai pas trop le choix, à savoir :

1- Quand il n’y a plus de places dans les salles où la représentation est prévue en français.
2- Quand je suis dans une région où les films ne sortent qu’en version anglaise.
3- Quand le film qui m’intéresse n’est offert qu’en version anglaise, qui plus est dans un seul cinéma, qui est le plus cher en ville.

Hier, j’ai été confrontée à la troisième option. Triste? Non, absolument pas. J’ai guetté ce film comme une groupie attendrait la venue de son groupe préférée. Il m’avait tapé dans l’oeil dès la première fois que j’avais vu la bande-annonce. Alors j’ai sauté sur l’occasion, et je peux vous dire que je ne l’ai pas regrettée : ce film est devenu l’un de mes préférés.

Dans Silver Linings Playbook (V.O. de Le bon côté des choses), on suit l’histoire de Patrick (Bradley Cooper). Celui-ci a séjourné dans un institut psychiatrique de Baltimore après avoir sérieusement péter les plombs en surprenant sa femme dans les bras d’un autre homme. À sa sortie, il fera la connaissance de Tiffany (Jennifer Lawrence), la belle-soeur de son meilleur ami. Tiffany, en plus d’être jolie, a un point en commun avec Patrick : lors de la mort de son mari, on lui a prescrit toutes sortes de médicaments. C’est ainsi qu’ils seront liés par une amitié tordue, car même si Tiffany plait beaucoup à Patrick, celui-ci n’a qu’une idée en tête : retrouver Nicky, sa femme, son unique amour.

Malgré une histoire un peu prévisible, Silver Linings Playbook est un film qui m’a fait passer un très bon moment. Mélange de comédie romantique et de drame, il nous fait passer par toute une gamme d’émotions plus intenses les unes que les autres. En plus, voici deux raisons de ne pas manquer ce film au cinéma (ou en DVD) :

1- J’ai été surprise de voir qu’il y avait de la danse dans ce film. Je suis vendue aux films de danse. Donc je suis conquise.
2- Il a été nominé aux Oscars pour Meilleure direction photo!

Je lui accorde donc la note presque parfaite de 9,5 / 10.

Advertisements

Mon avis sur… Comme des soeurs d’Elizabeth Craft & Sarah Fain

Comme des soeurs

Ce livre est atterri dans ma Pile à Lire grâce à mon amie Fille-de-lecture. Pour sa part, elle souhaitait s’en débarrasser : le roman contenait selon elle trop de personnages et elle avait de la difficulté à suivre l’histoire. De plus, la chick-litt n’est pas son genre de lecture favori. Quant à moi, le résumé me rappelait un peu Quatre filles et un jean, que j’avais adoré. Nous avons donc convenu de procéder à un troc : elle me donnait ce livre, et moi, je lui faisais découvrir Les yeux jaunes des crocodiles, de Katherine Pancol, livre qui, moi aussi, m’a laissée indifférente.

Je me suis donc lancée dans cette lecture, que j’espérais apprécier davantage que Fille-de-lecture.

Résumé :

Harper veut écrire le prochain grand roman du siècle. Sophie veut devenir actrice à Los Angeles. Kate veut partir seule en Europe et se trouver, enfin. Becca veut être championne de ski. Mais, entre les filles et leurs rêves, il y a la réalité : les crises d’angoisse, les fous rires, les lettres échangées, les coups de téléphone et les coups de foudre aussi…

Sachant que mon amie ne l’avait pas du tout apprécié, voire même abandonné, je ne savais pas trop à quoi m’attendre de ce livre. Il est vrai qu’il y a beaucoup de personnages dans l’univers de Craft et Fain : au contraire de Quatre Filles et Un jean, où les filles sont souvent ensemble et donc où le plus gros de l’action se déroule entre les mêmes personnages, dans Comme des Soeurs, chaque fille a son environnement très distinct, sa famille, ses amis, sa vie amoureuse. Le début du récit est donc difficile à comprendre, puisqu’on doit faire connaissance avec un paquet de personnages aux caractéristiques différentes.

L’intrigue est la suivante : au départ, les filles avaient toutes un avenir bien tracé. Ayant terminé le lycée, elles allaient entrer à l’université. Harper devait aller étudier à New York, Sophie resterait à Boulder, leur ville natale, Becca allait faire partie d’une des équipes de ski universitaires les plus connues des États-Unis, tandis que Kate allait à Harvard pour devenir avocate.

Par contre, dans la vie, parfois, rien ne se déroule exactement comme on l’avait prévu. Lorsque Harper reçoit une mauvaise nouvelle, elle décide de tout cacher à sa famille et ses amies. Pour cacher sa honte, elle inventerait une histoire impliquant qu’elle doive rester à Boulder pour réaliser son rêve de toujours : devenir écrivaine.

Ses amies, d’abord étonnées, vont avoir une réaction tout aussi étonnante : elles décideront, elles aussi, d’embarquer à pieds joints dans le « Rêve Express« .

Malgré un début confus et l’impression d’avoir choisi un livre un peu trop jeunesse, je me suis vite attachée aux filles et j’ai trouvé ma lecture vraiment sympathique. Au fil du temps, les aventures des filles sont devenues de plus en plus passionnantes, et à la fin, j’étais curieuse de connaître la suite des choses.

Bref, ce fut une lecture agréable qui mérite selon moi un 8.5 / 10.