Mon avis sur… Calendar Girl – Janvier d’Audrey Carlan

calendar girl

Résumé : 

Mia Saunders rêve de devenir actrice, elle a quitté Las Vegas où elle vivait avec sa soeur et son père pour s’installer à Los Angeles. Mais elle va devoir revoir ses projets, car Mia a besoin d’argent, de beaucoup d’argent. Elle doit en effet rembourser les dettes de jeu de son père. Un million de dollars. Son ex-petit ami est celui qui a prêté de l’argent à son père, l’a fait tabasser et l’a envoyé à l’hôpital où il est dans le coma. Bref, il faut qu’elle protège son père et sa petite soeur qui est la prochaine sur la liste de Blaine. Elle ne voit qu’une issue, contacter sa tante qui possède une agence d’escorts. Celle-ci, trop heureuse de pouvoir aider sa nièce, lui propose un accord. Elle sera l’escort d’un homme différent par mois pendant un an. Chaque contrat lui rapportera 100 000 dollars. La jeune femme accepte et se prépare donc à sillonner les États-Unis et à rencontrer les hommes qui s’offrent ses services. De mois en mois, nous allons suivre Mia dans ses différentes missions. Une Mia déterminée, sexy, drôle et généreuse. Une Mia qui s’est promis de ne pas tomber amoureuse, mais qui aura du mal tenir sa promesse. Mia relèvera-t-elle le défi de sauver sa famille ?

J’ai tellement entendu parler de cette saga que j’ai l’impression d’être la seule qui ne s’y était pas encore attardée. Mais à force d’en entendre parler, j’ai eu envie de tenter l’expérience et de le lire. En plus, le résumé du livre me donnait l’impression d’être devant un roman à suspens. Rien à voir avec la seule saga érotique que j’aie lue dans ma vie, les fameux livres 50 Nuances de Grey.

En lisant, je me suis surprise à trouver Mia attachante. Une jeune femme qui a malgré tout de belles valeurs et qui ne veut pas oublier qui elle est, même si elle est parachutée dans un monde de riches pendant un mois. Pire que ça, je me suis surprise à apprécier le monde dans lequel elle évoluait, l’opulence, la vie des gens riches et célèbres, les vêtements gratuits et les employés… ça fait rêver, non? J’étais presqu’autant déçue que Mia lorsque j’ai compris qu’elle devait abandonné son « ami » Weston pour aller à Seattle poursuivre son jeu de séduction… Tout ça pour payer les dettes de son père à son ex qu’on a même pas eu la chance de connaître vraiment dans le premier tome.

Bref, ce tome 1 était parfaitement écrit. Weston est un personnage principal sans aucun défaut, un partenaire idéal pour Mia du début à la fin. La seule chose à laquelle j’ai plus ou moins adhéré, c’est la relation entre Mia et sa meilleure amie Ginelle, peut-être parce qu’elle n’était pas assez présente dans le roman et que je la trouvais vulgaire et sans intérêt lorsqu’elle parlait. Sinon, les scènes d’érotisme sont présentes du début à la fin mais sans que ce soit gênant ou ennuyant…

C’est un roman court, mais qui rempli assez bien les attentes du lectorat averti auquel il est destiné. Je suis simplement curieuse de ce que la suite me réserve comme surprises!

Ce livre mérite selon moi la note de 8 sur 10.

Advertisements

Mon avis sur… Petit guide pour orgueilleuse (légèrement) repentante d’Annie L’Italien

Résumé :

Aux yeux d’Anne, ses copines constituent le centre de l’univers – si on fait abstraction de son nombril, évidemment ! Mais justement, elle rêve de revoir ses priorités et elle n’attend pour cela qu’une chose, que l’Homme se présente enfin. Le vrai, le bon. Idéaliste, vous dites ? Orgueilleuse, surtout…

Depuis quelques années déjà, Anne semble s’être installée dans un joyeux célibat. Toutefois, malgré une vie bien chargée, partagée entre le boulot qui prend trop de place, les séances de magasinage thérapeutique et les 5 à 7 avec ses précieuses copines, cette jeune trentenaire n’a pas complètement écarté l’idée de rencontrer un homme pour qui elle acceptera de perdre un peu de sa liberté. Mais l’homme en question se fait attendre. Ses quatre amies ont d’ailleurs diagnostiqué qu’il s’agissait là d’une conséquence directe de son excès d’orgueil, ce défaut qui l’aurait trop souvent empêchée d’oser/rigoler/pleurer/ chanter/vivre pleinement : pour son anniversaire, elles lui offrent donc une étonnante chasse au trésor qui l’amènera à sortir de sa zone de confort et, par la même occasion, à rencontrer un homme potentiellement intéressant. Un événement à la fois ESPÉRÉ et terriblement appréhendé par cette célibataire (pas tout à fait) endurcie. Osera-t-elle risquer le ridicule et s’ouvrir à l’inconnu ?

Ce livre traînait dans ma bibliothèque depuis fort longtemps, tellement longtemps que je ne me rappelle plus vraiment dans quelles circonstances je me l’étais procuré. Je me rappelle vaguement un Salon du Livre… ou alors c’était un cadeau. Puis, une amie a fait l’éloge d’un roman d’Annie L’Italien qui s’appelle Zut! J’ai raté mon gâteau. J’ai tout de suite eu envie de lire ce livre, puis je suis retombée sur le Petit guide et je me suis dit Pourquoi ne pas tenter?

Toujours est-il que j’ai toujours aimé la Chick-litt. C’est le style littéraire qui me rejoint le plus depuis que je sais lire, étant moi-même une incorrigible romantique. Dans ce roman, Anne, l’héroïne, est aussi la narratrice du récit. Pour une raison qui m’échappe, je me suis beaucoup retrouvée en elle, même si elle est égocentrique à l’extrême et qu’elle est ultra orgueilleuse, un défaut que je n’ai pas du tout.

J’ai A-DO-RÉ le concept de chasse aux trésors inventé par l’auteure. C’est le genre de choses que j’aimerais vivre moi-même : être en voyage dans un pays étranger et devoir accomplir toutes sortes de défis farfelus pour par la suite se mériter une récompense… ou tout simplement le plaisir de se connaître mieux soi-même.

Ça faisait un bout de temps que je n’avais pas autant ri en lisant un livre. Les personnages sont attachants et l’auteure réussi à nous surprendre du début à la presque fin… Je pensais que c’était un roman unique, mais en fait, il s’agit d’une série, donc je prévois lire la suite bientôt pour voir ce que la vie réserve à Anne. Ce fut un coup de coeur, pour moi! Je lui accorde donc la note parfaite de 10.

Mon avis sur… Marquer les Ombres de Veronica Roth

marquer les ombres

J’ai connu l’auteure Veronica Roth avec son roman Divergent. J’avais adoré ce premier tome de la série. D’ailleurs, je possède même le film dans ma collection personnelle. L’histoire de Tris et Quatre m’avait tellement touchée que j’étais entrée dans une espèce de fandom. Ils étaient devenus un des rares couples de fiction que j’aimais vraiment. Pour une raison qui m’échappe, je n’ai pas encore poursuivie la série, même si j’ai vu la suite du film.

Bref, tout ça pour dire que quand mon amoureux a reçu le livre Marquer les Ombres de cette même auteure, je lui ai tout de suite dit que je lui emprunterais, parce que c’était une auteure talentueuse et que j’avais hâte de voir ce que cette nouvelle série avait à offrir.

Résumé

Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui
gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables. Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider… ou décider de se détruire.

J’ai toujours aimé les dystopies, mais à force d’en lire, je trouvais que le format de l’histoire était toujours le même. J’ai donc espacé mes lectures pour pouvoir les apprécier davantage. Mais cette lecture était pour moi très déstabilisante : elle ne se retrouve pas sur notre galaxie, mais dans un univers complètement inventé par l’auteure, avec des personnages qui sont loin de ressembler à des humains typiques, sauf peut-être dans leurs comportements. Cela m’a pris quelques chapitres avant d’être totalement prise dans l’histoire, racontée tantôt du point de vue d’Akos, ou de celui de Cyra. Akos est un jeune garçon qui n’a pas encore découvert son don-flux, une caractéristique qui différencie tous les gens des différentes planètes dans cet univers. Il vit une vie paisible avec ses parents, ses frères et soeurs, jusqu’à ce que leur mère, l’Oracle de Thuvé, soit visée par une tentative d’enlèvement par le peuple ennemi, les Shotet.  Aoseh, le père d’Akos, est assassiné et Akos et son frère Eijeh se retrouvent kidnappés. Akos, à ce moment-là, n’a qu’une idée en tête : retourner sur sa planète et retrouver une vie normale. Mais en chemin, il fera la rencontre de Cyra, une espèce de princesse déchue des temps modernes, la soeur de Ryzek Novaek, le souverain sans pitié. Cyra est considérée comme une arme secrète par son frère : elle peut tuer n’importe qui simplement en le touchant. Même si, à prime abord, les deux jeunes gens sont très différents, ils seront vite amenés à constater qu’ils s’apprécient et formeront une étrange alliance…

 

J’ai trouvé certains passages très lents et d’autres passaient vite comme l’éclair. Une lecture prévisible, mais pas tant, puisque l’intrigue ne se dénoue pas à la fin… et on découvre que l’auteure a encore bien des surprises à nous réserver dans le tome 2. Je suis vraiment contente d’avoir lu ce livre, même si, en bout de ligne, ce n’est pas un total coup de coeur. Je lui accorderais la note de 6,5 sur 10.