Mon avis sur… Désirs, vertiges et autres folies

 

Voici mon avis tant attendu sur ma lecture des dernières semaines. Comme vous le savez déjà si vous suivez régulièrement mon blogue, la première chose qui m’a attirée vers ce roman d’Élisabeth Locas, c’est son résumé. Je suis une fan des histoires qui mettent en scène des journalistes, puisque j’ai étudié pour en devenir une. Mais au-delà de ça, Désirs, vertiges et autres folies a été un vrai coup de coeur.

Maxime Bousquet est une jeune femme occupée, mais elle accorde beaucoup (parfois même un peu trop) de place à l’amitié dans sa vie. Tout semble aller rondement pour elle, mais au fur et à mesure que le roman avance, on se rend compte qu’elle essaie, en entretenant un horaire surchargé et des relations amoureuses sans lendemain, de s’étoudir. D’oublier qu’elle n’aime pas vraiment son emploi, elle qui voudrait devenir documentariste. Et surtout, oublier qu’elle n’a plus de mère…

Dans ce roman, les personnages sont vrais, entiers. Il y a beaucoup d’amour, beaucoup d’amitié, mais aussi des questionnements, de la rage, de la peine. Pendant ma lecture, je me suis souvent demandée si l’auteure s’était inspirée de faits vécus pour écrire son histoire. Je me suis reconnue dans les relations amicales de Maxime, surtout lorsqu’elle parle de son ami Charles, le musicien africano-asiatique qui est son meilleur ami.

 

Ce roman est le premier d’Élisabeth Locas, qui est comédienne de formation, et j’espère réellement qu’elle en écrira d’autres.

Je donne à cette histoire la note de 4,5/5.

Advertisements

Emprunt entre filles

Image

 

Lors d’une soirée de filles ce soir, mon amie Rouquinette m’a prêté le livre Désirs, vertiges et autres folies d’Élisabeth Locas. Elle avait acheté ce roman lors de notre visite au Salon du Livre de l’Outaouais il y a quelques mois et j’ai tout de suite été attirée par son résumé. Vous êtes curieux de le découvrir? Le voici donc :

Maxime Bousquet, vingt-sept ans, recherche l’accomplissement avec un grand «A». Dévouée à son travail de reporter, esclave d’un téléphone qui ne dérougit pas, elle tente de trouver sa voie dans un monde où tous les coups sont permis et où sa blondeur ne lui fait pas que des cadeaux…

Avec cet horaire impitoyable, Maxime trouve-t-elle du temps pour l’amour? Célibataire désillusionnée par la vie de couple et la vie de famille, elle veut plutôt profiter de sa jeunesse et de sa liberté auprès de son meilleur ami Charles et de ses grandes copines Simone, Gaëlle et Alexandra. Et auprès d’amants de passage, bien sûr.

Au moment où Max croit que son existence ne peut pas être plus étourdissante, de troublants revers surviennent. Un big bang progressif qui la force à tout remettre en question.

Une histoire de journaliiiiiiiiste! Ce sera donc le prochain roman que je lirai lorsque j’en aurai l’occasion. Eh oui! Encore du chick-litt! Je vais devenir experte en la matière! Hahaha 😉